Autorégulation et agentivité

Les comportements violents, notamment lorsqu’ils sont associés à des troubles mentaux graves, soulèvent plusieurs questions. Parmi les interrogations de la psychiatrie et la psychologie légales, les concepts de responsabilité et d'intentions criminelles représentent un incontournable dans l’application de ces sciences. Au-delà de l’imputabilité, il est question de la manière dont s’organise le comportement.


La régulation comportementale, cognitive ou émotionnelle joue un rôle important dans le passage à l’acte violent chez les individus souffrant de troubles psychopathiques ou psychotiques, ou chez les individus auteurs d'infractions sexuelles. L’équipe du laboratoire ARVIPL est composée de membres aux spécialisations complémentaires, ce qui lui permettra de couvrir la question de l'autorégulation sous tous ses aspects. De plus, les technologies offertes par le laboratoire permettront d'étudier l'autorégulation d'individus évoluant au sein d'un environnement social virtuel, ce qui contribuera à mieux comprendre les comportements violents.

 

← Retour vers la page d'accueil du Laboratoire de réalité virtuelle