A A A
Logo de Pinel
Menu

Conférence-midi

RETOUR EN 1963 : L’AFFAIRE DION

Invités

Dr Benoit Dassylva
Psychiatre légiste, Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel
Professeur adjoint de clinique, département de psychiatrie et d’addictologie, Université de Montréal

Dre France Proulx
Psychiatre légiste, Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel
Professeure adjointe de clinique, département de psychiatrie et d’addictologie, Université de Montréal

Résumé

Au printemps 1963, la ville de Québec plonge dans la terreur lorsque quatre garçons âgés de 8 à 13 ans disparaissent les 20 avril, 5 mai (deux le même jour) et 26 mai. L’horreur succède à la terreur lorsque Léo-Paul Dion est accusé de quatre meurtres.

L’homme de 43 ans, apprenti-ébéniste, avait été condamné en 1940 à la prison à vie pour le viol d’une institutrice. Libéré en 1956, il est arrêté un mois plus tard pour grossière indécence sur un garçon de 15 ans. Il avait été libéré de nouveau en septembre 1962. Il a été arrêté en juillet 1963 alors qu’il s’apprêtait à agir de nouveau.

Le 13 décembre 1963, Léo-Paul Dion a été déclaré coupable après 17 minutes de délibérations du jury puis condamné à la pendaison par le juge. La décision avait plus tard été commuée en prison à vie par le Gouverneur général. Léo-Paul Dion allait être tué le 17 novembre 1972 par un autre détenu qui croyait être Laurence d’Arabie.

Le procès a mené à plusieurs questions fondamentales qui ont eu des répercussions dans les années suivantes: la peine de mort, les critères de non-responsabilité criminelle, la possibilité ou non de traiter de tels individus et l’endroit vers lequel ils devraient être dirigés: soit la prison, soit un établissement psychiatrique.

 

Objectifs

  • Rappeler un cas judiciaire historique ayant contribué à divers changements dans l’administration de la justice québécoise;
  • Composer avec les réactions émotives négatives suscitées par les gestes criminels posés par des délinquants sexuels;
  • Énumérer les enjeux liés à l’évaluation du risque de récidive en matière sexuelle.

Biographies

Dr Benoit Dassylva

Dr Dassylva est médecin psychiatre à la clinique externe pour le traitement de la délinquance sexuelle et à l’unité d’expertise H4 de l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel. Il est aussi médecin spécialiste en psychiatrie légale du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie et d’addictologie de l’Université de Montréal et président du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens à l’Institut. Au cours de sa carrière, il a offert plusieurs présentations et rédigé diverses publications sur la délinquance sexuelle.

Dre France Proulx

Diplômée en médecine (1989) et en psychiatrie (1994) de l’Université de Montréal, elle y a également complété en 1995 une maîtrise en sciences biomédicales. De plus, la Dre Proulx a effectué une année de formation complémentaire en psychiatrie légale (fellowship) à l’Université d’Ottawa de 1994 à 1995. Elle occupe depuis 1999 un poste de professeure adjointe de clinique au département de psychiatrie et d’addictologie de l’Université de Montréal. Elle a obtenu un certificat de surspécialité en psychiatrie légale du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en 2013 et du Collège des médecins du Québec en 2015.

Elle est arrivée à l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel à la fin de l’année 1998 après avoir travaillé quatre ans en psychiatrie générale à l’Hôpital Charles LeMoyne. De 1999 à 2013, elle a travaillé à l’unité E-1. Depuis 2013, elle travaille en expertise à l’unité H-3 et à la détention de Rivière-des-Prairies.

La Dre Proulx préside depuis 2008 le Comité d’évaluation de l’acte médical, dentaire et pharmaceutique de l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel et est également vice-présidente du Comité d’éthique hospitalière. Elle siège au conseil d’administration de la Fondation Pinel.

Inscription

L’inscription est gratuite, mais obligatoire.

Limite de 500 inscriptions.

Suite à votre inscription, vous recevrez un courriel de confirmation avec les instructions pour rejoindre le ZOOM.

Voir plus

Conférence – Mieux comprendre le monde autochtone pour mieux interagir

2022-06-21

L’imposition d’un système d’éducation, de santé, de sécurité publique ou de justice dénudé du caractère distinctif propre aux Premières Nations a eu et a encore des conséquences sur l’état de santé global des Autochtones. La conférence abordera les grandes stratégies institutionnelles qui ont conduit à l’émergence de problématiques diverses au sein des populations et abordera les enjeux liés à la sécurisation culturelle comme étant une variable fondamentale dans le cheminement de vie des Autochtones. Nous questionnerons les pratiques de tout le réseau québécois et fournirons des pistes de l’applicabilité du concept de sécurisation culturelle au profit des populations autochtones.

En savoir plus

Conférence-midi

2022-05-11

La formation est au cœur de l’implantation des pratiques basées sur les données probantes. Les professionnels formés à l’utilisation ce des pratiques peuvent avoir un impact réel sur le parcours des personnes judiciarisées, et ainsi réduire la récidive dans une mesure importante (Bonta et Andrews, 2017; Hanson et al. 2009).

En savoir plus

Tous les événements